Bien se premunir des risques sur la route : trois conseils a savoir absolument

Un accident peut survenir, même avec un conducteur habile. Toujours, votre prudence doit être doublée d’une bonne prévoyance. Cela vous garantira un esprit positif et une attitude solide face aux mauvaises surprises.

Pour une conduite sans risque, voici trois conseils qui facilitent le partage de responsabilité, ainsi que la prise en charge des dommages, corporels ou matériels, lors d’un accident sur la route.

Bien remplir son premier constat à l’amiable

Pour que votre fournisseur d’assurance auto puisse bien répartir les responsabilités, il vous faut, parfois, établir un constat à l’amiable.

Après la collision, vous devez en concevoir. Mais, vous êtes encore sous le choc et vous avez peur d’agir n’importe comment ?

Si les dommages corporels liés à vous et aux occupants de l’autre voiture ne sont pas grave, procéder ainsi reste préférable. Dans ce cas, sortez votre carnet de constat puis procédez à l’examen avec l’autre conducteur. Deux constats identiques seront établis, ils seront remis à vos assureurs respectifs.

Cependant, pour accomplir le bon geste lors de l’incident, prévoir et se prémunir reste la meilleure solution face aux aléas routière. Un bon conseil d’expert en ligne vous guide sur les démarches à suivre pour remplir un constat à l’amiable. Ce qui va, par la suite, déterminer la responsabilité d’un accident.

Bien fournir les informations à son assureur

Afin d’identifier les responsables d’un accident de la route, votre entreprise d’assurances procède suivant des règlements stricts et actuellement en vigueur.

Le code de la route reste la première référence. Lequel des deux malchanceux a violé le code ? La réponse, l’assureur va le déduire par l’examen minutieux de votre constat à l’amiable.

Toutefois, il peut recourir à d’autre preuve pour bien formuler son jugement. D’autres indices fournis suite à l’accident sont, pour lui, une précieuse source de renseignement. Le conducteur était-il bien à sa place ? Portait-il sa ceinture de sécurité ? Que faisait-il ? Y avait-il des événements exceptionnels sur la route ? Y avait-il des témoins ?

Ensuite, la seconde référence, c’est la Convention d’indemnisation directe de l’assuré et de Recours entre Sociétés d’Assurance automobile (IRSA). L’assureur auto se réfère à cette convention lorsque les éléments présentés suite à l’accident sont flous.

Dans n’importe quel situation, votre fournisseur d’assurance auto aura toujours le dernier mot pour designer le responsable.

Bien choisir son contrat d’assurance

Préjudice apporté à un piéton, dommage sur un véhicule tiers lors de la sortie d’une piste secondaire, d’un parking ou d’une propriété, … nombreuses sont les erreurs qui peuvent vous incomber une totale responsabilité. Le mieux est de toujours prévoir.

Les services d’assurances en France et en Europe incluent dans la plupart une formule complètes. Ils couvrent à peu près tous les risques liés à la conduite d’une voiture. Les garanties obligatoires et les garanties complémentaires vous sont fournies.

Par exemple, en cas de vol ou perte du véhicule, contre le vol et agression, prise en charge des tiers, réparation suite à un incendie ou un bris de glace, etc.

Ces trois points bien effectués au préalable, vous pouvez totalement vous concentrer sur votre rétablissement.

Articles recommandés